Club Alpin Belge

L’ Orobanche hederae

(André Hediger)

Cette Orobanche a, dès le début de « l’approche » des rochers des Grands Malades, suscité l’intérêt, attisé ma curiosité et une observation personnelle de presque tous les jours, au printemps de chaque année, a suivi pour situer les endroits à Orobanches et faciliter l’observation future. C’est ainsi qu’une année, un de nos membres, Guy Bungart, a compté 298 inflorescences et les plus importantes populations ont été observées en dehors de notre site ! Cette année (2003), des populations ont été vues sur le glacis de la face sud, là où se situaient les fonds de jardin, encore présents en 1980.

Depuis 1980, date de début des travaux du pont-barrage et de l’échangeur, les fonds de jardin et le glacis ont été envahis par des lilas et de nombreux sumacs de Virginie sans parler des ronciers… Nous avons dégagés ces fonds de jardin et le glacis pour aussi pouvoir enlever les immondices (eh oui) accumulées pendant 20 ans.

Autre constatation : le nombre d’inflorescences varie très fort d’une année à l’autre, allant jusqu’à la rareté. L’Orobanche aime la lumière mais aussi les sous-bois bien éclairés. Ses jeunes pousses, qui ressemblent à des asperges sont la proie trop facile des limaces et des escargots.


Orobanche hederae DUBY :  Jacqueline Saintenoy-Simon  Fam.: Orobanchaceae

L'orobanche du lierre est une espèce végétale strictement protégée (plante menacée de Wallonie) par l'annexe Vlb du décret du Gouvernement wallon du 06.12.2001. C'est une plante vivace, parasite du lierre, haute de 15 à 70 cm, fleurissant de mai à juillet. Sa corolle est généralement jaune pâle, le stigmate est généralement jaune ou blanc, parfois rose à l'anthèse, le tube de la corolle est rétréci à l'ouverture. On la trouve en Europe méridionale et médiane, dans le sud-ouest de l'Asie et en Afrique du Nord. En Belgique, elle est présente en Wallonie dans le district mosan (vallée de la Meuse et de l'Ourthe) où elle est très rare. En Flandre on ne la connaît qu'à Kanne. 

Elle pousse sur des sols riches en calcaire, dans des bois calcaires, dans des lisières forestières, sur de vieux murs... Jadis la plante a été signalée à Dinant, Huy, Roly , Dourbes, localités où elle n'a pas été revue récemment (DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON 1993).

Pendant ces vingt dernières années, l'orobanche du lierre a été observée :

- à Bassenge (Glons), en 1982 (obs. KENIS) (FABRI et SAINTENOY-SIMON 1985) ;

- à Marche-les-Dames, en 1992 (DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON 1993) en deux stations connues depuis de nombreuses années, la plus en aval, le long de la route de Liège comportant plus de 380 pieds en 2002 (obs. REMACLE) ;

- à Namur, Beez, rochers des Grands Malades, 1992 (DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON 1993). Cette localité a disparu, à la suite d'aménagements apportés à l'ancienne carrière, mais une autre population, forte de près de 300 pieds a été découverte en 2001 par G. BUNGART, à quelque distance de la précédente; en 2002 il semble que peu de jeunes pieds soient encore présents (une soixantaine fide REMACLE) ; en 2003, la plante est toujours présente (nombre de pieds ???). La plante existe également de l'autre côté de la route, aux abords d'une villa (P. COLOMB, comm. or.) ;

- à Lustin, rochers de Frênes, où elle a été aperçue pour la première fois en 1992 (DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON 1993) ;

- à Bomal, rocher du Calvaire, bois, sur Hedera helix, assez abondant, 09.04.2002 (obs. SAINTENOY-SIMON et DUVIGNEAUD). Nouvelle localité, pas encore signalée qui pourrait avoir été amenée par des grimpeurs.

La plante est en général abondante dans ses stations, mais elle est menacée (par le fauchage du talus de la route à Marche-les-Darnes; par des dépôts sauvages à Beez, par la réfection d'un vieux mur à Lustin...). Elle pourrait être disséminée par les alpinistes!

Les sites où pousse l'orobanche du lierre devraient être protégés et la plante recherchée systématiquement.

Références bibliographiques
DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON 1993 (Natura mosana 46/2) FABRI et SAINTENOY-SIMON 1985 (IF.B.L.3/3)
LAWALREE et DELVOSALLE 1969

D’après SAINTENOY-SIMON, J., 2003 – Liste rouge des Espèces végétales de Wallonie (en cours de publication).

 
Cartographie de base des sites Natura 2000 :http://mrw.wallonie.be/dgrne/sibw/sites/natura2000/carto/cartes/BE350041.htm