Comprendre les enjeux

Le climat
La biodiversité
Focus Belgique
Développement durable VS "durabilité forte"
Focus Sport et Tourisme

"Nous pratiquons tous des sports qui sont de près ou de loin, liés à la nature. Pour la plupart même ils se passent en plein milieu naturel. Nous ne pouvons pas pratiquer la montagne, l’escalade ou la randonnée sans tomber amoureux de ces paysages, de cette beauté qui nous entoure. Sans avoir un temps soi peu d’amour pour notre planète et la préservation de la nature."  (Stéphane Hanssens)

Le climat

Le lien entre l'activité humaine et accroissement des températeures est extrêmement probable. Pour maintenir la hausse des températures sous le seuil des deux degrès, nous devrons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 10% par décennie. (5ème rapport GIEC)

Pour atteindre cet objectif, les émissions totales cumulées ne devront pas dépasser une fourchette de 1000 à 1500 gigatonnes de carbonnes d'ici 2100.

La biodiversité

"Ces dernières années, la diversité de la vie a été menée à mal par la dégradation accélérée des milieux naturels. Les bouleversements majeurs des écosystèmes ont commencé à entraîner un effondrement de la biodiversité et une extinction massive des espèces."(Libre Belgique 2014 - 23 mai, "La Biodiversité Wallone est en danger")

En Wallonie, l'état de la biodiversité est dans un état préoccupant : sur 45 espèces végétales et animales emblématiques, 23 se trouvent dans un mauvais état et 14 dans un état inadéquat. Sous-estimée, cette crise de la biodiversité échappe souvent à l'opinion publique car difficilement mesurable par une population majoritairement urbaine.

A l'heure où la décroissance devrait s'engager, on assiste à une contradiction forte au sein des gouvernements : alors que les Ministres de l'environnement tentent de faire signer des accords visant à la limitation des émissions des GES, les Ministres de l'économie n'ont qu'une solution à proposer : la croissance économique.

Focus Belgique

L'empreinte écologique de la Belgique se situe dans les "mauvais" du classement mondial. Quels en sont les cause ?

  • La surface bâtie y est sept fois supérieure à la moyenne mondiale.
  • Les bâtiments belges sont très mal isolés.
  • Il y a très peu d'énergie renouvelable.
  • Le transport routier est très dense.
  • La politique des voitures de société n'incite pas à l'utilisation des transports en commun.


(source: les Cahiers du Développement Durable)

 

Développement durable versus « durabilité  forte »

"Celui qui croit qu'un croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste" (M. Kenetth Ewart Boulding, économiste américain)

La pratique du développement durable nécessite de ce fait une certaine capacité d'anticipation du futur lointain ainsi qu'un certaine capacité de changement culturel. Celui-ci doit être intégré dans tous les gestes et actions de la vie quotidienne, ce qui exige une modification radicale de nos shémas de pensées.

Ce paradigme fondateur des 3P "poeple, planet, profit" a le mérite d'avoir introduit la problématique dans toutes les sphères de la société mais il a ses limites et des incohérences qu'il est bon de remttre en question pour avancer ! Nous parlons désormais de "durabilité forte" exprimée par un modèle où la société et l'économie se développent sur le socle de l'environnement.

Focus Sport 

Aujourd'hui, le sport engage toutes les dimensions physiques, psychologiques, institutionnelles, sociales, culturelles et économiques des individus et des sociétés; il est interdépendant avec de nombreux secteur. C'est pour cela que la vision d'un développement durable des pratiques sportives prend tout son sens.

Au niveau environnemental le constat alarmant des impacts écologiques induits par les pratiquants et les grandes manifestations sportives invitent l’ensemble des acteurs du sport à se mobiliser. Ainsi, en 1996 le CIO intègre dans la Charte Olympique une prise en compte des questions environnementales lors des jeux olympiques et para olympiques et produit son agenda 21 en 1999. Au niveau européen, cela s’est matérialisé en 2007 à travers le Livre Blanc sur le Sport produit par la Commission Européen (paragraphe 2.8).

Il existe différents enjeux environnementaux à la pratique sportive :

  • L'impact global et émissions GES : Un seul exemple suffit, imaginez le coût environnemental des aménagements de l'industrie du ski.
  • La mobilité et les tansports : Il est de loin le plus impactant. Par exemple, 85% des émissions GES pour coupe du monde de rugby (2007) concerne le transport des personnes, des équipemens, des vêtements.
  • Les déchets : Les activités génèrent des déchets (conditionnements, embalages, bouteilles, huiles...)
  • L'eau et énergie/ressources naturelle

Au niveau local, les impacts des activités sportives dépendent de paramètres tels que le type d’activité, le milieu, le nombre, la fréquence, la concentration et le comportement et sont principalement liés au :

  • Bruit
  • Pollution de l’air
  • — Pollution de l’eau
  • — Pollution des sols
  • — Déchets
  • — Perturbation de la faune
  • — Destruction de la flore
  • — Conflits d’usages
  • — Sécurité
  • — Conflits socio-culturels pratiquants/résidents
  • — Effets socio-économiques

Quant aux impacts des infrastructures, ils sont liées aux thématiques de: 

  • — Consommation d’espace
  • — Consommation des ressources
  • — Paysage
  • — Polutions intérieures

Pour en savoir plus, consultez l'excellent rapport de Patrice Jouret "Sport & Société".

Le modèle du "sport aventure":

Le modèle du sport aventure est original car l’esprit Sport Nature est davantage réticent à toute forme de standardisation.

Cette forme de liberté représente en soi une menace de par la pression sur le milieu d’accueil parfois fragile mais aussi un espoir de prise de conscience vers une protection de ce milieu.  Comme le dit Nicolas Hulot (…) « les sportifs de pleine nature sont les meilleurs sentinelles et vigies en raison de leur attachement au milieu naturel dans lequel ils évoluent ». L’enjeu actuel est de faciliter la transition car de nombreuses pratiques représentent encore des catastrophes écologiques.

L’objectif n’étant pas de mettre la nature sous cloche mais de réintégrer l’homme dans la nature, dans « sa » nature. 

Focus Tourisme

"Selon l'Organisation Mondiale du Tourisme, près d'un milliard de personnes voyageraient chaque année, la moitié par loisir, épargnant leu salaire toute l'année pour s'octroyer quelques jours de vacances. (...) Mais quelle réalité se cache derrière ces chiffres ? Quels sont les impacts économiques des choix posés par les voyageurs ? Qu'en est-il des identités fragiles de millions d'individus dont la culture est parfois folkorisée, marchandisée ?" (A-M. Bouchard, 2014)

Les dégats du tourisme sont aussi écologique: pensons aux infrastructures et aux transports quand on sait que la moitié des déplacements se fait en avion...

"Ne serait-ce pas davantage bénéfique de partir peu mais longtemps ou moins loin, découvrir son pays, sa région, ses alentours?"  

Les rochers, un univers habité à partager

Pour mieux connaître cet écosystème, plongez-vous dans la brochure en ligne

 

La question vous intéresse? Plongez vous dans le dossier PDF téléchargeable ESCALADE-RANDONNE - 1 COMPRENDRE LES ENJEUX

Retour page précédente